Sommaire

L'IRM du rachis lombaire est une technique d'imagerie médicale utilisant des ondes de radiofréquence et des aimants. Il s'agit d'un examen permettant de visualiser toutes les structures molles autour de la colonne vertébrale et étudier finement la moindre lésion ou inflammation du rachis. L'IRM du rachis peut être pratiquée pour poser un diagnostic ou l'affiner, mais cet examen est également utilisé pour préparer une intervention chirurgicale.

IRM et rachis lombaire : définitions

Qu'est-ce que le rachis lombaire ?

Le rachis lombaire est un terme scientifique employé pour désigner la partie basse de la colonne vertébrale. Il est composé de 3 parties :

  • une partie haute qui englobe toute la nuque et qui comprend les vertèbres cervicales, appelée rachis cervical ;
  • une partie intermédiaire comprenant les vertèbres thoraciques et s'étendant du cou au milieu du dos, appelée rachis dorsal ;
  • une dernière partie comprenant les 5 dernières vertèbres lombaires, appelée rachis lombaire.

Qu'est-ce qu'une IRM lombaire ?

Une IRM lombaire est une IRM (imagerie par résonance magnétique) de la partie lombaire de la colonne vertébrale. L'IRM est une technique d'imagerie médicale basée sur l'emploi des radiofréquences et des aimants, permettant de réaliser des coupes en 3D des différentes parties du corps.

Pourquoi pratiquer une IRM du rachis lombaire ?

L'IRM du rachis lombaire permet de visualiser les tissus mous autour de la colonne vertébrale. On peut ainsi étudier la moelle osseuse, la moelle épinière, les vertèbres, les muscles paravertébraux, les tendons et les ligaments et même le liquide céphalo-rachidien. Ainsi, l'IRM du rachis lombaire est souvent utilisée pour rechercher ou étudier :

  • des hernies discales ;
  • des maladies inflammatoires comme l'arthrose ou des inflammations du rachis lombaire ;
  • des compressions médullaires ;
  • des atteintes musculaires ;
  • des atteintes cancéreuses.

Comment se déroule une IRM du rachis lombaire ?

IRM du rachis lombaire : préparation de l'examen

Le patient, après avoir complété son dossier médical, rentre dans un vestiaire et se déshabille en gardant ses sous-vêtements (sauf le soutien-gorge chez la femme, susceptible de contenir des éléments métalliques). Une blouse jetable est fournie. Les bijoux doivent être également retirés. Le patient est ensuite installé, allongé sur le dos sur la table de l'IRM.

IRM du rachis lombaire : déroulement de l'examen

L'examen dure une vingtaine de minutes. La table de l'IRM glisse vers le tunnel. L'IRM émettant beaucoup de bruit, on peut proposer un casque ou des bouchons d'oreilles au patient afin de diminuer la gêne. On lui demande de rester immobile et parfois de retenir sa respiration afin d'obtenir des clichés parfaitement exploitables.

IRM du rachis lombaire : analyse des résultats

Une fois l'examen terminé, le patient devra attendre les résultats qui ne seront délivrés qu'après analyse consciencieuse des données de L'IRM. Les clichés sont enregistrés et interprétés et le compte rendu du radiologue est réalisé. Les clichés peuvent être nombreux, ce qui peut augmenter le temps d'attente. Les données de l'IRM sont confrontées au dossier médical du patient afin de pouvoir donner un diagnostic complet. Parfois, des examens complémentaires peuvent être envisagés s'il subsiste un doute.

Quelles sont les précautions à prendre pour une IRM du rachis lombaire ?

L'IRM reste un examen médical intéressant car il n'emploie pas de rayons. Ainsi de nombreuses personnes peuvent y avoir accès, notamment les femmes enceintes.

La contre-indication principale reste le port de prothèses métalliques. En effet, comme le patient est placé dans un champ magnétique puissant, des morceaux de métal peuvent se déplacer dans le corps.