Sommaire

La hernie intra-spongieuse est la saillie d’un disque intervertébral dans la partie centrale du corps de la vertèbre sous-jacente. Cette affection relativement rare et particulièrement handicapante se rencontre dans le cadre de certaines pathologies vertébrales, en particulier chez les adolescents. Découvrez tout ce qu’il y a à savoir sur les hernies intra-spongieuses.

Qu’est-ce qu’une hernie intra-spongieuse ?

Il est important de distinguer les hernies intra-spongieuses des hernies discales même si, dans les deux cas, il s’agit du déplacement du noyau du disque intervertébral (situé entre les vertèbres). Toutefois, dans le cas d’une hernie intra-spongieuse, le disque intervertébral va s’enfoncer dans la vertèbre sous-jacente (placée dessous), tandis qu’en cas de hernie discale, la saillie du noyau a lieu vers l’arrière ou sur le côté (ce qui comprime les racines nerveuses).

C’est en raison d’une altération de la partie supérieure du corps de la vertèbre (plateau vertébral), qu’elle va se creuser et permettre l’encastrement d’une partie du disque intervertébral. Ceci est rendu possible chez les adolescents chez qui les plateaux n'ont pas encore de résistance suffisante. Généralement plusieurs vertèbres sont concernées, notamment au niveau dorsal.

Les hernies intra-spongieuses se traduisent par un rétrécissement de l’espace intervertébral ce qui fragilise les cartilages articulaires, les disques ne jouant plus correctement leur rôle d’amortisseurs.

Causes des hernies intra-spongieuses

Les hernies intra-spongieuses sont typiques de la maladie de Scheuermann. En effet, dans cette pathologie, il y a un trouble du développement de la colonne vertébrale au cours de l’adolescence.

Néanmoins, ce n’est pas l’unique cause des hernies intra-spongieuses. Les chocs répétés ont aussi tendance à rendre le corps vertébral spongieux et, ainsi fragilisé, à permettre ces hernies.

Hernies intra-spongieuses : la douleur comme principal symptôme

Le principal symptôme des hernies intra-spongieuses est la douleur. En effet, avant de s’enfoncer dans le corps de la vertèbre, le noyau passe à proximité de nerfs. Or, à chaque petit choc, le noyau exerce une pression sur les nerfs.

Toutefois, la maladie de Scheuermann n’est pas systématiquement douloureuse et ce sont davantage des déformations que les hernies proprement dites qui peuvent entraîner des douleurs.

Par ailleurs, les hernies intra-spongieuses, associées aux autres troubles de la maladie de Scheuermann (déformations trapézoïdales des vertèbres, irrégularités des plateaux vertébraux et perte de hauteur des disques intervertébraux) entraînent une déformation de la colonne vertébrale. On obtient ainsi  :

  • une accentuation de la cyphose dorsale, le patient ayant tendance à être courbé vers l’avant, notamment si les hernies intra-spongieuses se situent au niveau thoracique ;
  • une diminution progressive de la lordose lombaire ;
  • un enroulement des épaules enroulées vers l’avant ;
  • une contraction des muscles pectoraux.

Diagnostic d’une hernie intra-spongieuse

Les hernies intra-spongieuses ne sont pas toujours détectées. La malformation vertébrale s’observe à la radiographie, souvent de façon fortuite, celle-ci étant initialement réalisée pour une autre raison (à l’occasion d’une lombalgie par exemple).

Si ce sont les douleurs liées à la hernie qui ont mené à passer des radios, c’est souvent que la pathologie a déjà atteint un stade avancé, d’autant que les examens radiologiques réalisés en cas de hernie débutante ne permettent pas toujours de les visualiser.

Les hernies intra-spongieuses peuvent également être détectées par IRM et par scanner qui permettent de retrouver une image d'invagination du disque au niveau des plateaux vertébraux.

Hernies intra-spongieuses : quel traitement ?

Les hernies intra-spongieuses étant liées à la croissance, vont naturellement cesser de survenir lorsque celle-ci arrivera à son terme (à la fin de l’adolescence). Cependant, les lésions qu’elles entraînent sont souvent irréversibles.

Dans un premier temps on recommande aux personnes qui présentant une hernie intra-spongieuse de limiter le plus possible les activités susceptibles d’entraîner des chocs qui risquent d’aggraver le problème (course, sauts, etc.) et les symptômes. Cela impose d’éviter certains sports et même certaines activités professionnelles qui solliciteraient trop la colonne vertébrale.

En revanche, il est important de faire des exercices visant à renforcer le dos, la natation étant idéale pour cela. Par ailleurs, un traitement orthopédique avec un kinésithérapeute est conseillé afin de diminuer les contraintes mécaniques exercées sur la partie antérieure des vertèbres. Cela vise à limiter l’aggravation de l’hyper-cyphose et cette prise en charge est fortement recommandée pour les adolescents peu sportifs chez qui on remarque une nette déformation. Si ce suivi est réalisé suffisamment précocement, il est même possible que l’organisme parvienne à reconstruire les vertèbres déformées.

Dans quelques cas particulièrement sévères, le positionnement du bassin et la lordose lombaire doivent être corrigés et maintenus à l’aide d’une orthèse.

Ces pros peuvent vous aider