Maladies de la moelle épinière

Sommaire

Toute lésion de la moelle épinière va se traduire par une paralysie puisque les informations ne pourront plus circuler entre les centres nerveux situés dans le cerveau et l’organisme. De nombreuses autres pathologies peuvent néanmoins affecter plus ou moins directement la moelle épinière. Évoquons les principales maladies de la moelle épinière dans cet article !

Maladies de la moelle épinière : la myélopathie

Une myélopathie désigne de façon générale une pathologie de la moelle osseuse sans pour autant en indiquer la cause.

Celle-ci peut être infectieuse (zona, poliomyélite, syphilis, etc.) ; inflammatoire (suite à un vaccin ou en cas de sclérose en plaques mais aussi, quoique plus rarement, en cas de spondylarthrite ankylosante) ; due à de l’arthrose (myélopathie cervico-arthrosique), à une intervention chirurgicale au niveau de la colonne vertébrale ou à une tumeur.

Le traitement vise à traiter la cause et généralement à décomprimer les structures nerveuses. En cas d’arthrose par exemple, il s’agira de retirer les becs de perroquets (ostéophytes).

Compression de la moelle épinière ou médullaire

Une compression médullaire est une compression de la moelle épinière et des nerfs qui en émergent. De nombreuses causes peuvent être à l’origine d’une compression médullaire.

Elle se traduit par des douleurs dorsales voire des irradiations dans les côtes (névralgies intercostales) ou les membres, puis par des troubles moteurs ce qui pose des problèmes pour la marche par exemple. Parfois, on peut aussi observer des troubles urinaires, etc.

Le traitement est d’ordre chirurgical et il consiste à décomprimer la moelle épinière et les racines nerveuses impliquées en retirant la lésion. Il est parfois également nécessaire de réaliser une arthrodèse pour fixer les vertèbres et éviter les déviations susceptibles d’être à l’origine de certaines douleurs.

Maladie de la moelle épinière : canal lombaire étroit

En cas de canal lombaire étroit, le rétrécissement du canal rachidien comprime la queue de cheval ce qui entraîne des troubles dans la partie inférieure du corps. On peut notamment retrouver des douleurs lombaires, des sciatiques ou des troubles sphinctériens. Au fil du temps, la marche est rendue de plus en plus difficile.

Le traitement d’un canal lombaire étroit est médicamenteux. Il consiste à soulager les douleurs à l’aide d’antalgiques, d’anti-inflammatoires, voire de corticoïdes (infiltrations). Ce n’est qu’en dernier recours qu’on envisage une intervention chirurgicale destinée à réséquer les lames des vertèbres lombaires (laminectomie).

Syndrome de la queue de cheval

Comme son nom l’indique le syndrome de la queue de cheval est une atteinte de la coda equina, le paquet de racines nerveuses qui se situent sous la moelle au niveau lombaire. C’est lorsque cet ensemble de nerfs est comprimé qu’on parle de syndrome de la queue de cheval.

Cela entraîne des difficultés à faire passer les messages nerveux, ce qui peut se traduire par des douleurs et conduire à une perte de sensibilité et à une paralysie plus ou moins importante des membres inférieurs, voire à des troubles des sphincters.

La seule solution à cette pathologie est l’intervention chirurgicale. Celle-ci doit être réalisée en urgence (dans les 24 heures) car elle peut entraîner des séquelles irréversibles.

Poliomyélite ou paralysie de la moelle spinale

La poliomyélite (polio), ou paralysie spinale, est une maladie infectieuse qui, lorsqu’elle est appelée poliomyélite antérieure aiguë, désigne une atteinte de la moelle épinière (1,5 % des cas). Elle se traduit dans ce cas par une paralysie des membres inférieurs.

La poliomyélite se fait de plus en plus rare de nos jours en raison des vaccins obligatoires en France : DT Polio. En Afrique, alors qu'on dénombrait encore plus de 70 000 cas en 1996, en août 2020 la maladie a été déclarée officiellement « éradiquée » du continent par l'Organisation mondiale de la Santé, après quatre années consécutives sans aucun cas recensé.

Moelle épinière et scléroses

Zoom sur la sclérose en plaques

La sclérose en plaques (SEP) est une pathologie neurologique qui concerne 80 000 personnes en France et qui constitue la deuxième cause de handicap chez les jeunes adultes.

Cette maladie est une inflammation du SNC dans laquelle la myéline (gaine des nerfs) est attaquée par le système immunitaire (c’est une maladie auto-immune).

La maladie évolue par poussées et la démyélinisation des nerfs se traduit par des troubles neurologiques dus à la dégénérescence des neurones.

La SEP est une maladie incurable même si on sait aujourd’hui en retarder les effets. Le traitement des poussées sévères repose essentiellement sur les corticoïdes (méthylprednisolone en intraveineuse) tandis que le traitement de fond est à base d’immuno-modulateurs et d’immunosuppresseurs.

Sclérose latérale amyotrophique

La sclérose latérale amyotrophique (SLA), ou maladie de Charcot, est une maladie qui affecte les motoneurones. Cela se traduit par une amyotrophie : les muscles ne répondent plus correctement, finissent par s’affaiblir et, à terme, par s’atrophier.

Il n’existe pas de traitement de cette pathologie mais il est possible de ralentir son évolution à l’aide de riluzole. La prise en charge vise à apporter un maximum de confort au patient en soulageant les symptômes.

Spina bifida : malformation congénitale de la moelle épinière

La spina bifida est une malformation congénitale qui touche la colonne vertébrale. En restant ouverte (généralement au niveau lombaire), elle ne protège plus efficacement la moelle épinière. Il ne s’agit donc pas d’une pathologie de la moelle spinale proprement dite mais celle-ci est exposée.

En fonction de son importance, la spina bifida peut être soit asymptomatique, soit entraîner des paralysies des membres inférieurs, des pertes de sensibilité, etc. Il n’existe pas de traitement mais il est possible de prévenir son apparition lors de la grossesse en s’assurant qu’il n’y a pas de carence en vitamine B9 (acide folique) et en vitamine B12.

Pour limiter les risques de spina-bifida et de façon générale d'anomalies de fermeture du tube neural (AFTN), il est recommandé, dès qu'une femme a un désir de grossesse et au moins 4 semaines avant la conception, d'entamer une supplémentation en acide folique. Cette supplémentation de 0,4 mg par jour (sauf en cas de grossesse à risque où la dose peut aller jusqu'à 5 mg par jour) devra être poursuivie jusqu'à la 12e semaine d'aménorrhée.

Pathologies de la moelle épinière : syringomyélie

La syringomyélie est une pathologie qui se caractérise par la présence d’une cavité à l’intérieur de la moelle épinière (généralement au niveau des cervicales) au sein de laquelle se trouve du LCR. Cette pathologie qui touche les personnes d’une trentaine d’années va progressivement entraîner des troubles moteurs et sensitifs correspondant aux racines nerveuses qui sont touchées.

On observe généralement un déficit moteur au niveau des mains, une abolition des réflexes ostéotendineux, une amyotrophie et une perte de sensibilité au chaud et au froid. Dans les formes les plus sévères, la seule solution est un traitement neurochirurgical.

Ces pros peuvent vous aider