Sommaire

La gibbosité est une anomalie des courbures dorsales : de la colonne vertébrale et des côtes. On dit d'une personne présentant une gibbosité qu'elle est « bossue ».

La gibbosité est principalement liée à deux maladies d'âges différents : la scoliose dans l'enfance et l'ostéoporose après 50 ans.

Le point dans notre article.

Gibbosité scoliotique

Aujourd'hui, il est rare d'observer une vraie gibbosité chez l'enfant car la scoliose fait l'objet d'un dépistage systématique en médecine générale.

Scoliose, qu'est-ce que c'est ?

La scoliose est une anomalie de croissance des os et articulations du dos :

  • La scoliose est plus fréquente chez la fille. Son évolution est lente et progressive au cours de la puberté.
  • La scoliose n'est pas douloureuse en elle-même.
  • Elle correspond à une déformation du rachis dans les trois plans de l'espace, par rotation. En grandissant, chez certains enfants, les vertèbres vont tourner les unes sur les autres (dans le même sens) et déséquilibrer tout le tronc.
  • L'examen du dos s'effectue en deux temps : sujet debout, de dos : visualisation des asymétries de courbure dorsale ; sujet pieds joints et penché en avant : mesure de la gibbosité par la différence de hauteur des épaules.
  • Les courbures scoliotiques sont susceptibles de s'aggraver rapidement et de façon importante pour ne pratiquement plus évoluer lorsque la maturité osseuse est acquise (fin de la puberté).

Ainsi, les visites au cours de la puberté chez le médecin généraliste sont indispensables afin d'apporter une correction la plus précoce possible.

Scolioses secondaires

Les scolioses développées en dehors et/ou pendant la croissance osseuse sont des scolioses secondaires à une autre affection :

  • maladies congénitales ;
  • maladies neurologiques ou musculaires ;
  • maladies osseuses ;
  • séquelles infectieuses, traumatiques, post-opératoires ou post-radiothérapie.

Les scolioses secondaires sont de fait, plus difficiles à soigner, souvent définitives.

La prise en charge de la scoliose repose sur le pronostic radiologique et l'expertise par un médecin rééducateur/prothésiste spécialiste ou chirurgien orthopédique. Elle fait intervenir un corset et parfois même une chirurgie.

Gibbosité ostéoporotique

La gibbosité de la femme mûre est liée à l'ostéoporose.

Ostéoporose, qu'est-ce que c'est ?

L'os est un tissu vivant, en constant renouvellement. Ce renouvellement est, entre autre, régulé par des hormones :

  • Les œstrogènes, produits par les ovaires favorisent la minéralisation et la densité du squelette. À la ménopause, le taux d’œstrogènes chute et certains os sont susceptibles de devenir friables, notamment les vertèbres. l'intérieur de l'os est de type spongieux alors que l'extérieur, plus solide, est nommé os cortical. À la fin de sa vie, une femme aura perdu en moyenne 50 % de son os spongieux et 35 % de son os cortical, contre respectivement 35 % et 20 % chez l'homme.
  • La femme est plus sujette que l'homme à la fracture vertébrale (post-ménopausique). Elle est sujette à part égale d'avec l'homme, à la fracture du col du fémur (ostéoporose sénile).

Il existe en grande disparité féminine devant l'ostéoporose. Certains facteurs y prédisposent :

  • génétiques (race blanche) ;
  • alimentaires et notamment les apports calciques au cours de la croissance ;
  • maigreur ;
  • ménopause précoce ;
  • manque d'activité sportive ;
  • consommation de corticoïdes sur une longue période ;
  • consommation d'alcool ou de tabac.

Le traitement de l'ostéoporose repose sur une bonne hygiène de vie : apports calciques et vitamine D, activité sportive. On propose chez certaines femmes un traitement hormonal substitutif. Si le risque fracturaire est important, on a alors recours à des traitements type biphosphonates.

Tassements vertébraux

Le tassement vertébral est une fracture osseuse à proprement parlé. Le corps vertébral constitué essentiellement d'os spongieux rendu friable par l'ostéoporose, s'écrase sur lui-même, provoquant une perte de hauteur :

  • L'os ostéoporotique est très fragile, de telle sorte qu'un simple effort de toux est suffisant à causer une fracture vertébrale.
  • Les douleurs consécutives au tassement peuvent être très intenses.

Il existe différents types de tassements :

  • tassement vertébral léger : enfoncement du plateau supérieur de la vertèbre ;
  • tassement vertébral plus sévère : affaissement complet de la face antérieure du corps vertébral, en triangle.

Si plusieurs vertèbres se tassent alors c'est l'ensemble du dos qui se voûte. Les côtes, subissant des contraintes mécaniques nouvelles se déforment : une gibbosité apparaît.

Le traitement des fractures vertébrales repose sur le traitement de la douleur. Le recours à la chirurgie est exceptionnel. Les corsets peuvent être utilisés à visée antalgique, de même que les cimentations de vertèbres.

La kinésithérapie posturale est essentielle pour corriger ou stopper l'évolution de la gibbosité.

Ces pros peuvent vous aider