Sommaire

Maladie dégénérative qui atteint la colonne vertébrale, la discopathie peut susciter de vives douleurs et évoluer vers une hernie discale. Sa prise en charge peut s'envisager par une approche médicamenteuse pour soulager les symptômes, ou le cas échéant, chirurgicale.

Faisons le point sur cette pathologie et sur ses traitements.

Définition de la discopathie

Anatomie de la colonne vertébrale

La discopathie est une pathologie affectant le disque intervertébral, structure élastique située entre deux vertèbres de la colonne vertébrale.

Pour rappel, cette dernière est composée d'un empilement de vertèbres :

  • 7 cervicales ;
  • 12 thoraciques ;
  • 5 lombaires.

Chaque disque intervertébral est constitué d'un anneau fibreux, liant les vertèbres entres elles, qui entoure un noyau gélatineux, composé d'une grande proportion d'eau et destiné à amortir les chocs et à apporter de la souplesse à la colonne vertébrale.

Discopathie dégénérative

Avec le temps, suite aux multiples sollicitations quotidiennes (mouvements répétitifs, port de lourdes charges...), le noyau gélatineux perd une partie de son contenu en eau et l'anneau fibreux s'altère.

Le noyau peut alors se déplacer, et déclencher l'apparition de différents symptômes :

  • des cervicalgies (douleurs ressenties dans le cou), lorsqu'un disque situé entre des vertèbres cervicales est atteint, éventuellement accompagnées de maux de tête, des fourmillements au niveau des bras, d'une perte de dextérité ;
  • des dorsalgies (douleurs au niveau du dos), lorsqu'un disque situé entre des vertèbres thoraciques est atteint ;
  • des lombalgies (douleurs en bas du dos), lorsqu'un disque situé entre des vertèbres lombaires est atteint, avec parfois des fourmillement et douleurs au niveau des fesses et des jambes.

Chez une même personne, plusieurs disques peuvent être atteints : on parle alors de « discopathie étagée ».

Facteurs de risque

Si la discopathie est un phénomène lié au vieillissement naturel, certains facteurs contribuent à son développement :

  • le surpoids, l'obésité ;
  • le tabagisme ;
  • une forte sollicitation de la colonne vertébrale, liée à une pratique professionnelle particulière ou à certains sports.

De la simple protrusion à la hernie

Dans un premier temps, la migration du noyau à travers l'anneau ne provoque qu'une protrusion, c'est-à-dire une bombement.

Mais, si la dégénérescence se poursuit, le noyau continue son déplacement et forme une hernie discale.

Traitements de la discopathie

Traitements conservateurs

En première intention, les douleurs liées à la discopathies peuvent être soulagées :

  • par la prise d'anti-douleurs par voie orale ;
  • par des infiltrations de corticoïdes, afin de réduire l'inflammation au niveau du disque.

Voie chirurgicale

En cas d'échec des traitements conservateurs, deux types d'intervention chirurgicale peuvent être envisagés :

  • l'arthrodèse : cette opération consiste à retirer les restes du disque et à souder les deux vertèbres entre elles ;
  • la prothèse discale : le disque défaillant est retiré et remplacé par une prothèse.

Pour aller plus loin :

  • Le mal de dos est une affection courante : 8 personnes sur 10 souffrent ou souffriront de cette pathologie. Très handicapant, il est important de soulager la douleur et de prévenir sa réapparition.Téléchargez gratuitement notre guide pratique du mal de dos.
  • Soulager le mal de dos : pour cela, on peut avoir recours au repos, à un traitement médical, à des infiltrations, à une intervention chirurgicale.
  • Mal de dos : qui consulter ? Lorsqu'on souffre du dos, le médecin généraliste est le premier professionnel de santé à consulter. Il vous dirigera vers un spécialiste si nécessaire.

Ces pros peuvent vous aider